Un petit matin de guide…

Mon alarme me sort brutalement de mon coma de quelques heures. J’ouvre les yeux à la seconde et malgré mon sac de couchage qui me serre le visage, j’aperçois le soleil qui essai de percer les nuages. Cela me rappelle que je suis en expédition, qu’il est 6h00AM et que le déjeuner doit être prêt dans une heure. Action!

Les yeux à moitié collés, je serre mon sac de couchage, roule mon tapis de sol et pars le réchaud d’une main quand mon alarme sonne à nouveau. C’est le snooz, cinq minutes ont déjà passés, c’est fou ce qu’on peut faire en cinq minutes!

Je pars pieds nus à la rivière pour y chercher de l’eau. J’en oublie de regarder où je vais tellement le lever de soleil est majestueux! Pour ça, cela en vaut bien la peine de se lever tôt!

De retour à la cuisine, l’eau bouille. Prête pour la préparation du café, liquide indispensable au bien-être des membres d’expédition et à la suivie du guide! Maintenant le déjeuner, j’ouvre les multitudes de sacs étanches pour trouver tous les ingrédients, ce matin : crêpes aux pacanes avec petits fruits garnis de crème fouettée. Qui aurait cru aussi bien manger au plein milieu de nulle part? Et bien moi, j’y crois qu’on peut bien manger même sans eau courante, sans électricité et sans supermarché à proximité…

Un voyageur passe par la cuisine, il faut que j’aille l’air sympathique même si mon cerveau et mes mains font mille choses en même temps.

«Bien dormi?»

«Pas trop, j’ai eu froid toute la nuit»

Je le fais un peu rire en lui disant qu’il devrait se compter chanceux de ne pas s’être fait manger par un ours et je le rassure en lui disant qu’on trouvera une solution pour la nuit prochaine. Je réfléchirai à cela un peu plus tard dans la journée…

Deux poêles à la fois, les crêpes sont en production massive. La première est ratée comme toujours, ce n’est pas trop grave puisque j’aime bien les crêpes laides et qu’elle fera un beau premier déjeuner pour mon estomac qui demande qu’on le nourrisse au plus vite.. Sept heures moins dix, les voyageurs commencent à tourner autour de la cuisine… Dernier préparatif et non le moindre, la fabrication d’un centre de table : un bonhomme sourire fait de fruits, de crème fouettée et de sirop d’érable. Cela fait sourire tout le monde même les moins matinaux.

Pendant que tout le monde mange, je continue la production de crêpes, car elles sont bien populaires! Quand j’éteins enfin les réchauds, tout le monde est rassasié, sauf mon ventre qui me rappelle que la crêpe manquée est maintenant bien loin.

On termine ce déjeuner par l’explication du parcours. Tout le monde se rassemble, autour de la carte marine. Je les fais rêver des îles qu’on contournera, des montagnes qu’on apercevra et des animaux qui croiseront peut-être notre chemin. Leur en disant assez pour les faire rêver tout en me gardant des surprises sur le parcours. Parce que les surprises, tout le monde aime ça, même ceux qui ont perdue trop vite leur cœur d’enfant.

C’est sur un nuage que le groupe commence à ramasser leur tente et leurs équipements. Moi, je m’occupe de défaire la cuisine, de ranger l’abri cuisine, de préparer le dîner et d’emmener le tout près des kayaks. C’est là que je me rappelle mon envie de pisser qui est présente depuis mon réveil, mais mes occupations et ma volonté de bien faire les choses font vite oublier les besoins primaires…

En aidant, les autres à transporter leurs effets, je vois au loin le brouillard qui se lève. Je prends immédiatement un azimut avec ma boussole pour m’assurer qu’on se rendra à la bonne place. Dans ces conditions un peu grise et triste, je devrai doubler mon sourire et ma bonne humeur pour entraîner les autres dans le positif.

Les kayaks ont-ils rapetissé pendant la nuit? Malgré les jours qui passent et la quantité incroyable de nourriture ingéré quotidiennement, la pile d’équipement me semble toujours aussi énorme. À coups de poings et de persévérance ont réussi à faire rentrer tout le stock dans les trous minuscules des kayaks. Le sport n’est pas fini, il reste l’embarquement dans ce tapis d’algues gluantes et je parie trois personnes à l’eau dont moi-même compte tenu de ma coordination légendaire. C’est donc les fesses mouillées que je rentre en catastrophe dans mon kayak que j’ai du packter en vitesse. Des sacs pleins les pattes et les pédales désajustés, le kayak me semble soudain l’embarcation la moins confortable au monde. Peu importe, on a enfin quitté le campement et rendue sur l’eau on dirait que 50% de la journée est déjà réussie.

Quelques coups de pagaie plus tard, le brouillard se dissipe tranquillement pour laisser place à un ciel bleu et à une mer qui devient miroir. Et là, je me rappelle, je me rappelle que j’ai la plus belle job au monde et que dans mon bureau il ne manque pas de fenêtre.

Baie Georgienne sous la pluie

Aquarelle qui s’est fait prendre par l’orange car j’ai dû la laisser sur une roche pour partir en catastrophe monter l’abri cuisine.

Les jours sans nuit, Groenland

dessin glacier kulusuk       aquarelle coucher soleil     dessin dan beach       aquarelle maisons kulusuk

Le soleil qui tranquillement se couche derrière les montagnes colore peu à peu le ciel d’un mauve, d’un rose et d’un jaune intense.

Une conclusion théâtrale à cette journée qui donne l’impression que le soleil ne veut pas se faire oublier.

Il a beau être disparût sous l’horizon, sa lumière reste si présente que même les étoiles n’arrivent pas à percer ce ciel trop clair.

Déjà, il réapparaît de l’autre côté des montagnes, ses rayons ajoutent de précieux degrés à la température matinale.

La nuit ne me semble pas vraiment avoir existée.

Le temps me paraît sans échelle.

Les journées me paraissent sans lendemain.

J’ai l’impression que ces jours sans nuit ont fait de mon séjour d’un mois au Groenland un mois de 90 jours. Ou peut-être est-ce le fait d’avoir vraiment profité de chaque instant qui a étiré le temps.

Reste à voir si on peut allonger le temps dans le brouhaha quotidien de la ville…

aquarelle fish eye

dessin cimetiere kulusuk       Dessin peche ikatek

aquarelle pano karale

Un plein de couleurs, Hollande

moulins et vélos

La Hollande, un pays plat parsemé de moulins à vent et recouvert d’un lit de tulipes aux couleurs d’arc-en-ciel. Un mois après mon expédition en Antarctique je n’aurai pas pu trouver mieux comme contrastes aux montagnes blanches et aux couleurs froides des glaciers.

Je me retrouve à guider un groupe de baby boomers sur des vélos hybrides dans le labyrinthe de pistes cyclables d’Amsterdam. Ce voyage aurait pu me décourager après les émotions fortes et l’adrénaline quotidienne de l’Antarctique, mais c’est tout le contraire. Je me sens si bien à forcer à peine sur mes pédales de vélo, à regarder chaque détails de ce paysage et à discuter avec des gens qui profite réellement de chaque moment de leur voyage.

Les couleurs m’ont inspirées, les moulins m’ont tendus leurs bras et l’atmosphère néerlandaise m’a fait profiter de la simplicité de la vie. Suite à la création de plusieurs toiles d’Antarctique où les seules couleurs utilisées étaient le bleu et le gris, la multitude de nuances de rouge, d’orange, de jaune, de mauve, de bleu et de vert m’ont obligé à me dépasser dans ma création.

Aquarelle tulipes et moulin          moulin dessin

L’inexploré, Antarctique

XP antarctik logo sans sloganXPA alex a ski

On se réveille avec le bruit du vent. La tempête fait rage à l’extérieur. La tente plie sous la force des rafales. Frank se lève avec difficulté, il n’a pas l’air plus en forme ce matin, mais on avait dit qu’on partait du camp aujourd’hui peu importe son état.

Je sors à l’extérieur confirmer la force des vents, j’ai de la misère à rester debout… Ça va être un défi presque qu’impossible d’avancer là-dedans.

Ça nous prend une éternité pour défaire la tente de tous ses ancrages. En plus, elle se fait enterrée au fur et à mesure qu’on la défait. Même si nous sommes tous le plus efficace possible, démonter le camp est une vraie mission dans ces conditions. L’image de l’équipe en train de peiner à ranger la tente m’amène un questionnement: sommes-nous en train de faire une erreur? Jamais nous pourrons remonter la tente dôme dans ces conditions. En plus, l’état de Frank est critique, il survit sous l’abri d’urgence depuis des heures, redoutant l’heure du départ. Vraiment, est-ce la bonne décision?

Alex a l’air sûr de lui, du moins c’est ce qu’il nous laisse paraître. Sa confiance nous donne la force de continuer.

Après des heures de préparation qui m’ont paru infinies, les deux cordées sont prêtes à passer à l’attaque. Frank est trop faible pour s’occuper de lui-même. Je dois donc lui mettre son harnais, ses skis, son sac et faire ses nœuds à sa place. Les mousquetons sont gelés, je dois donc constamment retirer mes mitaines pour les dégelés. Mes mains sont froides, blanches et de moins en moins fonctionnelles. Ce n’est pas gagné d’avance.avant

Notre visibilité est d’environ dix mètres, c’est donc primordial que les deux cordées restent groupées pour ne pas se perdre. Je suis première de la deuxième cordée et ma mission est de ne jamais perdre Frank des yeux, qui est dernier de la première cordée. Comme nous sommes sur des cordées différentes, je peux me permettre de marcher côtes-à-côtes avec lui. Je suis donc disponible s’il a besoin de quoi que ce soit ou s’il a un malaise. Nous ne voyons même pas Sam devant nous, le seul indice pour nous indiquer le chemin est la corde qui se tend et se détend devant Frank. Je sens de la tension sur la corde derrière moi. Je ne sais pas si c’est mon traîneau qui me frêne ou si c’est ma cordée qui a de la misère à avancer… Je vois Frank disparaître dans un rideau de brume… Je ne peux me permettre de le perdre donc peu importe les problèmes qui se passent à l’arrière, je fonce, entraînant avec moi le reste de mon équipe.

Ma vision s’embrouille, mes lunettes givrées ne me laissent que 10% de visibilité. Je me sens comme une aveugle sans son chien guide. On se fait fouetter par de forts vents de côté. Garder l’équilibre est de plus en plus difficile. Je vois Frank osciller devant moi. Je sens mon masque de néoprène se durcir sur mon visage. Il s’y accumule un bon centimètre de glace et cela rend ma respiration difficile. Le vent s’intensifie. Mais qu’est-ce qu’on fait là?

Texte écrit lors d’une expédition de 41 jours dans un territoire inexploré de l’Antarctique.

Pour plus de détails sur l’expédition voir: www.xpantarctik.com

Crédit photo: Caroline Côté

marina2       paysage2

Vivez la dolce vita, Italie

dessin tour de pise            dessin église italie            dessin col val d'esa

Je voudrais te faire voyager… Laisse-toi porter par ce récit. Laisse-toi aller aux mots, aux images, aux émotions. J’aimerais te dire de fermer les yeux… mais cela rendrait la lecture un peu plus difficile! Bref, laisse-toi aller dans une journée de Dolce Vita.

Tu ouvres les yeux. Tu te demandes où tu es et tu te rappelles avec plaisir que tu es en Italie. Tu es au Paradis!

Avant même d’avoir les yeux complètement décollés, tu enfiles ton bikini. La mer turquoise est à quelques mètres. L’eau est chaude. Et c’est rendu dans l’eau que tu te réveilles vraiment. Tu observes ton paradis du matin. Falaise de rock, montagnes abruptes, église tout en haut, petit village perchés au-dessus des flots, eau turquoise, ciel bleu, à peine un peu de vent pour faire voler tes cheveux. Tu restes là à observer, simplement bien. Beau réveil!

Ensuite, tu prépares ton vélo pour la journée. Tu ranges tes choses et défait la tente en trois minutes parce que tu as trop hâte d’être sur ta selle. Et c’est un départ. Toujours le même plaisir de rembarquer sur son vélo jour après jour.

Direction un caffé! Parce qu’en Italie une journée commence immanquablement par un bon cappuccino. Pas n’importe quel cappuccino… Un de ceux dont la mousse est si omctueuse que tu as l’impression que ta cuillère pourrait y tenir. Ça sent bon le cappuccino et le croissant encore chaud…

Le ventre pas trop rempli, mais le sourire aux lèvres tu commences réellement ta journée de vélo. Et elle commence en lion! Avec une longue et apique côte… Mais pas le genre de côte comme au Laos… non ce serait trop facile. Le genre de côte que tu préfères marcher à côté de ton vélo quand tu la descends, le genre de côte qu’il y a un escalier sur le côté pour le piétons, le genre de côte que seulement les Italiens sont capables d’y conduire, le genre de côte que tu as l’impression que tu vas faire un front flip avec ton vélo. Le genre de côte où il te faut des mollets de rechange, le genre de côte où tu voudrais modifier ton vélo et lui ajouter le précieux plateau pour côtes italiennes… Et bien ce genre de côte là elle se monte avec persévérance. Souviens-toi quand on veut, on peut. Alors, après plusieurs kilomètres sur la fameuse côte tu découvres le paysage… un mot : WAHOUUUUUUUUUUUUUUUUU! C’est trop beau pour être réelle.

Il y a la mer si bleu et le ciel si bleu qu’ils ne font qu’un. Il y a les falaises impressionnantes de tous les côtés, il y a des petits villages toujours orange et rose, il y a les vignobles en étages à flan de montagne, la route en serpent sans une voiture, les montagnes au loin qu’on devine. C’est beau, c’est juste trop beau. Le souvenir de la fameuse côte est déjà loin et de toute façon… Ça vaut plus que la peine pour voir ce paysage irréel.

Tu continues ta route, léger. Et malheureusement ou heureusement la côte continue… Tu passes des ouvriers sur la route.  »Chiao bella » Tu comprends qu’ils sont impressionnés et qu’il t’invite à prendre de l’eau. L’italien c’est facile à comprendre… un peu plus dur à parler… Mais ça s’en vient!

Et là, tu te mets à aller vite, très vite. , la côte est finie… Non, elle est juste moins apique pour un bout et ça donne l’impression de descendre. Ha ha bonne blague.

Et là, tu arrives à une jonction. À droite, la route que tu voulais prendre est fermée avec des pancartes rouges écrites en italien. À gauche, la route descend jusqu’au village… et doit remonter pour aller rejoindre la route voulue. À droite, la route qui ne descend pas trop, l’inconnu, le danger potentiel, l’aventure. À gauche, une longue descente suivie d’une longue montée, un beau village, la sécurité… Le choix te prend 30 secondes. Tu prends à droite. Après tout, tu as un vélo de cyclocross…

Ça commence bien. Une belle route déserte avec des éboulis de roches sur les côtés. Puis un peu de gravier sur la route, puis carrément des montagnes de terre en plein milieu du chemin (à escalader…) Ça va encore… Et là, OUPS! Il manque un pont. La route s’arrête abruptement et devient falaise. Tu éclates de rire. C’est quand même très drôle. Alors deux voyages s’imposent un pour les sacoches et l’autre pour le vélo. Marche à flan de falaise avec les petits souliers de vélo. Ça glisse, une chute potentielle serait catastrophique. Tu n’as pas le droit à l’erreur, le sourire te vient naturellement. Faut croire qu’on a toujours le choix de rire ou de pleurer…

Tu finis par rejoindre la vraie route et puis finalement, contre toute attente, la route finie par descendre! Content d’avoir des nouveaux freins parce que quand ça descend, ça descend. C’est comme les montées, c’est tout ou rien. C’est plus fort que toi, tu cris à pleins poumons : YAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU! VIVA ITALIA!

La descente te semble interminable et pourtant elle va trop vite pour pouvoir apprécier tous les détails du paysage. C’est beau, c’est juste trop beau encore une fois.

dessin porto venere

OH, un camping! Ça ressemble à un vieux camping isolé… à flan de montagne. En fait, c’est vieux, mais c’est très beau. Tu repères tout de suite un emplacement pour ta tente : sur une terrasse solitaire juste à côté du champ de vignes. La mama italienne te salut et tu réussis à dire que tu veux dormir ici. Un accueil chaleureux qui fait toute la différence.

Tu installes ta maison pour la nuit puis ton ventre te rappelle soudainement que tu n’as qu’un croissant dans le ventre et qu’il est maintenant 14h00… Direction Levanto pour le lunch. La ville est quand même loin du camping. En fait, elle est en bas de la côte… ¸ça veut donc dire qu’il faudra remonter plus tard… C’est l’Italie!

Arrivé dans le village de Levanto, c’est encore trop beau… Tu fais un tour de ville sans te rendre compte que ton ventre cri famine depuis déjà quelques temps…mais c’est tellement beau. La mer, les falaises, les églises, les bâtisses orange, jaune, rose, les caffé, les vélos, les Italiens souriants et une trattoria. Tu choisis toujours où tu manges en  fonction du paysage. Pour dessiner évidemment. Cette trattoria est parfaite pour cela et ça sent si bon.

 »Cosa mi consiglia » (Qu’est-ce que vous me recommandez?) C’est le steak d’espadon avec simplement quelques olives, tomates et pesto. DELISIOSO! Repas digne d’un roi en gribouillant dans ton carnet à dessin. Mmmmmm!

dessin sartiano

Ensuite,  »une siesta a la playa » s’impose. Tu y finis ton livre. Un livre qui te fait couler une larme. L’histoire d’une famille qui apprend que leur petite fille de deux ans est atteinte d’une maladie dégénérative. Elle va perdre la vue, la motricité, l’ouïe, la capacité de manger puis elle va mourir. Aucun traitement possible. Ce n’est pas triste comme livre, c’est juste beau parce que quand on ne peut plus ajouter des jours à la vie, il faut ajouter de la vie aux jours. Une larme pour ce beau livre.

Ensuite, c’est la baignade dans l’eau toujours aussi bonne. C’est rendu dans l’eau que tu vois une colonne de fumée qui se transforme en un nuage gigantesque… C’est gros, c’est énorme, c’est un bon gros feu de forêt… Tu penses un instant que cela semble près du camping… Mais bon ça ne se peut pas ses choses là.

Alors, la dolce vita continue. Un petit cono de gelato, puis quelques achats pour ce soir: proscuitto, olives, mozzarella, tomates, figues, chocolat! Ça s’annonce bien.

Retour au camping, il faut remonter. La colonne de fumée est toujours là un peu plus grosse. Des hélicoptères et des avions amènent de l’eau depuis déjà deux heures. En remontant la côte, tu trouves que oui c’est assez près du camping. Tu commences à penser : si tout mon stock a brulé… il me reste mon vélo, mon bikini et mon passeport… Ça devrait être assez pour continuer le voyage…

Rendu à l’entrée du camping, une foule est rassemblé et prenne des photos du feu… Non ta tente n’est pas brûlée, mais les flammes sont à 200 mètres… OK… Selon deux campeurs allemands, tout est sous contrôle. C’est sûr que tu gardes en tête que ta tente est la plus près du feu… Bon, tu décides tout de même d’aller pour une petite douche. Après trois minutes sous l’eau chaude, tu attends crier.  »Fuoco, Fuoco! » D’un cri de mort… Ce n’est pas très bon signe… Tu te rhabilles en vitesse, toute croche. Tu mets tout dans ton sac et tu sors dehors. Le feu est rendu à 50m… Tu descends vite à la tente, remballe ton stock en vitesse les mains un peu tremblantes. Gros rush d’adrénaline. Tu regardes si ça se propage. Non, le feu sur l’arbre à 50m est maintenant éteint… OUF!

Tu demandes au couple d’allemands si on devrait partir… Ils pensent que les pompiers viendront si on est en danger. Bon d’accord, mais tout est près pour un départ catastrophe au besoin.

Les avions frôlent les falaises et on sent les gouttes d’eau tomber jusqu’à nous. Ce sont de sacrés bons pilotes, ils sont à moins de 100m de nous (sans exagérer!) Le son est assourdissant. Impossible de parler. Les deux avions et deux hélicoptères font une valse dans le ciel fumant. C’est impressionnant et ça fait peur… De nombreuses personnes sont là à prendre des photos. Tout cela est irréel.

Dans les quelques temps de silence entre le déchargement des avions, les Allemands jasent et t’invite à souper… Tu doutes fortement que vous auriez le temps de souper avant que les flammes arrivent, mais bon… pourquoi pas.

Dans le camping le plus tranquille du monde, on ne s’entend plus parler en mangeant notre spaghetti. C’est vraiment trop bizarre! À gauche, le coucher de soleil rose et orange est magnifique. À droite, les flammes s’apaisent, mais la fumée est bien présente. Les avions et hélicoptères cessent de voler comme la noirceur arrive. On se croise les doigts pour que la nuit soit calme.

On boit du vin de la région, fait des raisins à côté de la tente avec toujours en bruit de fond les pompiers au travail.

Le dodo fini par s’imposer, ça risque d’être une drôle de nuit…

Le sommeil te gagne. Le sourire aux lèvres en repensant à cette drôle de journée. Un sourire aux lèvres en passant à demain.

cinque terre