D’un paradis à l’autre

Il y a un peu plus de quatre mois, nous étions encore entourés des glaces bleues et du silence poétique de l’Antarctique. Nous voici, plus de 6 000 milles nautiques (11 000 km) plus loin, dans les eaux turquoise de Polynésie.

Poisson polynésien

En avion, on ne se rend pas compte de la distance parcourue, mais en bateau, le temps passe au fil des milles et sans y penser on laisse les cirés et les bottes de côté, puis on sort les chapeaux, les sandales et la crème solaire. Jour après jour, on se rapproche de la destination, mais n’ayant aucun point de repère au milieu de l’océan, c’est seulement le petit bateau sur le GPS qui nous confirme notre avancé.

Sur notre route à travers l’océan Pacifique, nous avons eu la chance de nous arrêter à l’Île de Robinson Crusoé et à l’Île de Pâques. Deux pauses bien méritées et c’est comme un miracle lorsqu’on a vu apparaître au loin une silhouette de montagne et peu à peu l’odeur de la terre et des arbres.

Sterne Antarctique

Pour moi, les navigations hauturières sont des moments où le temps semble s’arrêter. On est dans une routine de quart de nuit, de manoeuvres, de pêche et de cuisine. Rien n’a vraiment d’importance sauf le prochain thon sur la ligne à pêche…

L’arrivée sur les îles est une tout autre affaire. Les stimulations sont nombreuses et l’envie de bouger nous donne des ailes. Les odeurs et les couleurs semblent tellement surréalistes. Puis, peu à peu on se réadapte à la vie terrestre et on en vient même à oublier nos longues nuits en mer.

Arrivés aux Gambier (Est de la Polynésie), j’ai pu reprendre mes aquarelles. Les palmiers et les atolls sont bien différents des glaces et des montagnes d’Antarctique… Je m’adapte tranquillement à ce nouvel environnement où les couleurs et la vie ne manquent pas.

 

Aux atolls polynésiens
Des montagnes de Patagonie au



Carnet de voyage de Patagonie

Les couleurs d'Emma - Carnet de voyage Patagonie-10

Voilà. Venus a trouvé repos pour quelques mois en Uruguay, ce qui marque la fin de notre saison dans le grand sud.

Nous avions si hâte de retrouver la chaleur, le soleil… Nous avions même osé rêver aux palmiers. Et maintenant malgré la douceur de la vie en Uruguay, les couleurs uniques de Patagonie tourbillonnent encore dans mes pensées.

Ce fût un réel plaisir pendant toutes ces navigations en Terre de Feu d’observer inlassablement les couleurs contrastes se mélanger dans le ciel et les montagnes un peu comme sur ma palette d’aquarelle.

J’ai réussi malgré le froid, la pluie, le vent et surtout avec mes doigts qui gèlent en un rien de temps à capturer quelques paysages sur les pages de mon précieux cahier.

Voici un échantillon des couleurs de mon royaume. N’oubliez pas de laisser libre cour à votre imagination pour rompre les limites de ces images.

Les couleurs d'Emma - Carnet de voyage Patagonie YendegaiaLes couleurs d'Emma-Carnet de voyage Patagonie

 

 

Les couleurs d'Emma-Carnet de voyage Patagonie-2

Les couleurs d'Emma - Carnet de voyage Patagonie-6

Les couleurs d'Emma - Carnet de voyage Patagonie-7

Les couleurs d'Emma - Carnet de voyage Patagonie-8

Les couleurs d'Emma - Carnet de voyage Patagonie-2

Les couleurs d'Emma - Carnet de voyage Patagonie-9

Le cahier rouge de Didier

L'Antarctique sur Venus MQ-217

Portrait de Didier à l’oeuvre, son précieux cahier rouge en mains. Dessin par Emma

Didier Vassal, un homme qu’on gagne à connaître…

On l’a rencontré l’an dernier dans les canaux de Patagonie, ayant remonté son voilier Zigoto jusqu’en France, j’avais peu d’espoir de le revoir un jour dans les parages. Mais cet automne, j’ai osé lui proposer de venir avec nous pour notre croisière Antarctique. J’ai eu la chance d’avoir une réponse positive! Didier est donc arrivé à Ushuaia, tout sourire, près pour l’aventure, l’imagination plein la tête et avec un sac rempli de matériel d’aquarelle. J’avais déjà été séduite par son talent l’an dernier, mais là j’ai pu réellement en profiter! C’est donc avec un énorme plaisir qu’on a pu partager de précieux moments à dessiner et peinturer ensemble.

Il m’a aidé à mettre plus de couleurs tout en laissant du blanc, il m’a fait fait voir plus loin que les photos ou les paysages, il m’a motivé à dessiner à tout moment (même avec les mains qui gèlent), il m’a fait comprendre que tous les détails ne sont pas toujours nécessaires et surtout j’ai pu apprécier ces moments de pur bonheur à simplement dessiner.

Vivez un peu de l’Antarctique en dessin…

Un exemple de dessin qu’on a dessiné en même temps:

Dessin cahier Didier Antarctique-9

Venus au mouillage Entreprise par Didier

L'Antarctique sur Venus MQ-212

Venus au mouillage Entreprise par Emma

Un échantillon du cahier de Didier:Dessin cahier Didier Antarctique-4

Notre premier mouillage à Melchior, avec vue sur un front de glace!Dessin cahier Didier Antarctique-8
Mouillage Entreprise, Venus caché par la rouille de l’épave.Dessin cahier Didier Antarctique-6Aquarelle faite en navigation, les mains gelées…

Dessin cahier Didier Antarctique-7

Manchots et sternes AntarctiquesDessin cahier Didier Antarctique-3
Il y avait des agrumes sur la table… Les couleurs étaient belles… On a dû attendre la fin du dessin pour les manger…Dessin cahier Didier Antarctique-15
Mouillage de Dorian Cove, aux côtés des manchots!Dessin cahier Didier Antarctique-18
Un moment de bonheur partagé au sommet du Mont Patrick

 

 

 

Les jours sans nuit, Groenland

dessin glacier kulusuk       aquarelle coucher soleil     dessin dan beach       aquarelle maisons kulusuk

Le soleil qui tranquillement se couche derrière les montagnes colore peu à peu le ciel d’un mauve, d’un rose et d’un jaune intense.

Une conclusion théâtrale à cette journée qui donne l’impression que le soleil ne veut pas se faire oublier.

Il a beau être disparût sous l’horizon, sa lumière reste si présente que même les étoiles n’arrivent pas à percer ce ciel trop clair.

Déjà, il réapparaît de l’autre côté des montagnes, ses rayons ajoutent de précieux degrés à la température matinale.

La nuit ne me semble pas vraiment avoir existée.

Le temps me paraît sans échelle.

Les journées me paraissent sans lendemain.

J’ai l’impression que ces jours sans nuit ont fait de mon séjour d’un mois au Groenland un mois de 90 jours. Ou peut-être est-ce le fait d’avoir vraiment profité de chaque instant qui a étiré le temps.

Reste à voir si on peut allonger le temps dans le brouhaha quotidien de la ville…

aquarelle fish eye

dessin cimetiere kulusuk       Dessin peche ikatek

aquarelle pano karale